BusinessMondeStyle de vieVoyage

COVID-19: l’Europe et le Moyen-Orient a commencé avec le point mort

Le premier ministre de l'Italie Giuseppe Conte exprimé en douceur lundi du plan de sortie

Le premier ministre de l’Italie Giuseppe Conte exprimé en douceur lundi du plan de sortie du pays de la quarantaine. Selon le décret signé le décret sous le nom de “Phase 2”, les premières mesures de sursis débuteront lundi prochain, le 4 mai. Sur cela dit dans le programme “60 minutes” propre correspondant VGTRK en Italie Asya Емельянова.

Toutefois, le premier ministre a averti que de toute façon les gens devraient utiliser des moyens de protection et à respecter la distance sociale. Un certificat spécial reste également un must, sans lui, on ne peut pas sortir de la maison. Uniquement dans le cadre de votre région pour rendre visite à ses parents, mais sans grands italiens, des fêtes. Sont autorisés à aller dans un parc avec un enfant”, — a expliqué l’собкор.

Aussi, le 4 mai gagneront des restaurants, mais pour l’instant uniquement en mode “emporter”. Commencent un entraînement individuel des athlètes professionnels. Et des cérémonies d’enterrement doivent être fermés, pas plus de 15 personnes. Le masque reste obligatoire dans tous les espaces clos, la seule exception est pour les enfants jusqu’à 6 ans, a rapporté Емельянова.

À travers le lundi, le 18 mai, ils ouvrent des musées, des bibliothèques et des expositions. Les dernières, le 1er juin, pleinement gagneront des restaurants ainsi que des bars et des salons de beauté.

Cependant, comme l’a noté собкор, le Vatican a prononcé un critique acerbe de ce décret immédiatement après qu’il a été signé. Dans la liste de la première n’était pas l’ouverture des églises. “Le vatican a décidé que par conséquent le pouvoir de violer la loi sur le droit de la religion. Et, probablement, ici encore faites des concessions”, estime Емельянова.

En ce qui concerne les statistiques, le nombre d’infectés coronavirus et les décès en Italie diminue progressivement.

Le 27 avril dans le pays est fixé à un total de 197 675 cas COVID-19, les morts — 26 644 personnes qui ont guéri — 64 928.

À son tour, sur le retour d’Israël à la vie habituelle, dans l’émission “60 minutes”, a déclaré le chef du moyen-orient bureau de la VGTRK Sergey Pachkov.

Selon lui, la tendance en Israël bonne. Pour le dernier, la nuit, a révélé que seulement 30 personnes malades COVID-19. Dans ce pays, passent près de 11 millions de tests par jour. Le nombre d’récupérées dépasse de loin le nombre de personnes malades, diminue aussi le nombre de personnes gravement malades. Si, auparavant, ils étaient environ 200, c’est maintenant de l’ordre de 130, dont la VENTILATION est de 101 personnes. De coronavirus dans le pays est mort aujourd’hui 202 de l’homme.

“Les autorités Israéliennes estiment que c’est une raison suffisante pour progressivement faire tourner l’écrou”, — a conclu Pachkov.

Un air de liberté déjà sentir partout, la vie dans le pays a commencé: ouvert les salons de coiffure et de nombreuses boutiques. Ne fonctionnent pas jusqu’à ce que seuls les grands hypermarchés.

Cependant, en Israël ont peur que les prochaines vacances (la Journée de la mémoire des soldats tombés dans les guerres d’Israël et le Jour de l’indépendance) peuvent provoquer une nouvelle flambée de la pandémie. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de prolonger la stricte quarantaine de ces jours.

Mais après les vacances, a précisé Pachkov, est prévu l’ouverture d’écoles, jusqu’à ce que les classes primaires. Cela donnera la possibilité aux parents d’aller travailler.

Également journaliste a touché la situation économique dans le pays. Il a constaté que 27% des israéliens à cause de la crise coronavirus ont perdu leur emploi. “L’économie Israélienne s’affaisse. La situation est très grave, et le gouvernement a l’intention de renvoyer des personnes sur les lieux de travail”, a — t-il.

Pachkov dit que maintenant le pays va une vague de manifestations, et le gouvernement ne peut pas les ignorer. Les gens exigent la libération rapide des règlements de quarantaine et de retour à l’emploi. “Si ça continue, à la mi-mai — début juin, Israël sera en mesure de revenir à une vie normale”, a conclu le chef du moyen-orient bureau de la VGTRK.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer